Classé dans : Carnet de voyage | 0

J3 : Molinos-Cafayate, chez les géants de pierre

 

mur de roche quebrada flechasLe réveil a été disons… frais! Et toujours sans électricité!
Heureusement, il restait de l’eau chaude dans le chauffe-eau, et une bonne douche pleine de vapeur n’a pas été de trop pour nous mettre d’aplomb!
Un café, et c’est reparti.

Aujourd’hui, on parcourt la Quebrada de Las Flechas… Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on en a pris PLEIN LA VUE!!

C’était comme se trouver au bout milieu d’un champ de bataille mené par des géants de pierre à la force colossale.

Partout autour de nous se dressaient de gigantesques montagnes et blocs de roches abrupts très accidentés, dont l’inclinaison et les dessins témoignaient des violents épisodes tectoniques subis il y a des millions d’années. Les couleurs oranges, rouges et beige ajoutaient encore à la désolation et la beauté des lieux.
Comme la veille, je ne compte pas le nombre de fois où nous avons laissé la voiture sur le bord de la route pour aller explorer plus profondément ces enchevêtrements de roches, nous perdre dans la multitude de leurs anfractuosités et nous mesurer à leur titanesque posture. C’était comme se faire fourmi…

Impressionnant…

 

 

A midi, quand même, le ventre presque vide depuis la veille, on était affamé!
On s’est arrêté dans le village d’Angastoca, dans le premier « Comedor » qu’on a trouvé… Et on a bien fait!

 

plat de carbonada quebrada de las flechasAu Pachamama Huasi, le gérant/cuisinier/serveur… nous a proposé ses spécialités. On a pas tout compris à part « specialidad » alors on a acquiescé, sans trop savoir ce qu’on allait manger.
Quelques minutes plus tard, il nous a apporté deux magnifiques assiettes de soupes, de couleur rouge, remplies de légumes, de viandes et de morceaux de fromage qui se sont mis à fondre…
Mama Mia!!!! Un REGAL!! Copieux, gouteux, délicieux!! La « Carbonada » nous a séduit!!
On a commandé des empanadas de carne en plus, et ça n’a pas loupé, on s’est encore régalé!

 

Réchauffés et repus, on est repartis en direction du sud. La route est toujours aussi précaire, et les gros cailloux n’épargnent pas la voiture, surtout quand il prend à Rodo des envies de jouer les pilotes de rallye… Mais on avance, doucement mais surement vers Cafayate.

 

Comme hier, on a pas boudé notre plaisir, et on s’est aventuré dès que possible au coeur de ces immenses paysages de pierre. Et de grimper toujours plus haut pour avoir le meilleur point de vue, jusqu’à en avoir le souffle coupé…

 

paysage des Andes et piste de terre quebrada flechas

Relief accidenté quebrada flechas

 

A hauteur de San Carlos l’asphalte fait son retour! Et après deux jours de secousses, se retrouver sur une surface lisse, ça fait tout drôle…Et bizarrement, le côté « rustre » nous manque. En avançant vers la ville, on est un peu déçu de retrouver si vite la civilisation…
On se console en se disant qu’au moins, on aura de l’électricité et du chauffage…

Et en arrivant à Cafayate en fin d’après midi, on constate qu’ici aussi, il y a coupure d’électricité. Du moins pour certaines parties de la ville. Enfin disons que le jus va et vient en fonction des quartiers et des horaires…

Un peu malade depuis hier, on a préféré trouver une auberge de jeunesse un peu plus chère mais assurant chauffage, électricité et un minimum de confort pour la nuit : l’hostel Ruta 40. Tu parles… Le radiateur promis est tout petit est pas très efficace, la connexion internet ne monte pas jusqu’aux chambres et les parties communes (cuisine, salle à manger) sont toutes à l’extérieur, dans le froid. On a peu l’impression de s’être fait avoir… En plus le courant a sauté dans la nuit, on s’est réveillé dans le froid et sans eau chaude.
Bref, on avait pas envie de rester là, et dès le lendemain, on a repris la route vers le sud…

Laissez un commentaire