Classé dans : Carnet de voyage | 0

J9 : Retour au Bercail !

 

Après une nuit bien reposante, nous sommes partis restituer la voiture de location. Un vrai sketch!
C’est Mathias qui s’est occupé de nous, Diego n’étant pas à l’agence aujourd’hui.
Il a fait le tour de la voiture pour l’état des lieux. Et malgré les pierres de la ruta 40, elle était en parfait état (si on met de côté le fait qu’elle était recouverte de poussières!!)
Toutefois, Mathias a remarqué une petite griffure sur le bas de caisse, qui n’était pas noté sur l’état des lieux. Trois fois rien vraiment mais il semblait embêté.
Nous aussi du coup, parce que perdre la caution pour une griffure de rien du tout, ça nous enchantait pas tellement…

De retour dans le bureau, on savait pas à quelle sauce on allait être mangé… Mathias nous a expliqué qu’il ne voulait pas d’ennui avec son patron, qui est apparemment assez tatillon sur l’état de ses voitures…

Stress…

Alors il a repris l’état des lieux initial ainsi qu’une feuille de papier carbone, et a tout simplement rajouté la griffure sur le papier d’origine, comme ça, normal… En nous disant « comme ça, tout le monde est content, y a pas de problème! »

On en est resté complètement coi… Et ça nous a  bien fait rigoler en sortant!

 

On a juste eu le temps de faire un petit tour dans la ville de Salta (quand même!). Surnommée « la Linda » (la jolie) elle a effectivement un certain charme, avec ses bâtiments coloniaux et ses grandes églises décorées. Mais bon, pas de quoi non plus tomber en pâmoison!

 

Le temps de repasser à l’hotel chercher nos sacs, et on est de suite reparti vers le terminal de bus pour continuer notre périple  plus au nord, vers Humahuaca.

 

 

Road Trip Salta, en Bref

 

Ces huit jours ont été vraiment fabuleux.
Le fait de partir à l’aventure dans ces contrées sauvages, très authentiques, et en toute liberté a été une superbe expérience.
Nous avons découvert des paysages époustouflants et rien que le fait d’imaginer les millions d’années qui nous séparent de leur formation et les forces colossales qui ont été déployées pour arriver à ce résultat, nous a fait nous sentir tous petits et admiratifs… Une sensation géniale.

Toutefois, à refaire, je crois que l’on commencerait par la ruta 68 pour terminer par la ruta 40 en y prenant tout notre temps! Parce que cette partie du trip est la plus dépaysante et impressionnante. Et qu’elle offre beaucoup de trek qu’on a loupé parce qu’on s’est mal informés… (on comptait sur internet chaque soir pour planifier notre journée du lendemain, mais avec les problèmes d’électricité, on s’est fait avoir).

On a adoré emprunter les routes au hasard, sans vraiment savoir ce qu’il y avait au bout, et tomber sur des coins incroyables comme la lagune de Brealito, même si cela demande de rouler pendant des heures sur des chemins très inconfortables (surtout pour la voiture!).

Bref, depuis le début de notre voyage, je crois que ce road trip a été l’expérience la plus intense et la plus forte en émotion. Un régal!

voiture sur chemin de terre dans les montagnes

Laissez un commentaire