Classé dans : Blogue, Malaisie, Suivez le guide! | 4
canva jungle taman negara
On a testé :

Deux jours dans la jungle du Taman Negara

 

Se prendre pour  Indiana Jones dans Les Aventuriers de l’Arche Perdue? Michael Douglas dans à La Poursuite du Diamant vert? Lara Croft ou encore Allan Quatermain, à arpenter la jungle sauvage et luxuriante d’un pays exotique?

Au Taman Negara, c’est possible! Enfin…. La quête exaltante en moins, et les sangsues en plus!
Mais n’empêche que niveau aventure originale, dépaysante, physique et impressionnante, ça se pose là…

La jungle malaisienne, on y a passé deux jours, une nuit, et on en est revenu en un seul morceau! (Bien décomposé le morceau, mais il tenait encore debout!)

Alors si vous aussi ça vous dit de tenter l’expérience, on vous explique le réjouissant programme du trek de deux jours dans la jungle du Taman Negara.

 

Jour 1 :

◊ Top Départ!

Le premier jour, RDV à 8h30 dans la petite rue commerçante du village de Kuala Tahan. (On peut pas la louper hein, y en a qu’une, elle fait 15m de long, avec aux coins les seuls petits restau de la bourgade).
Jusque 9h, c’est breakfast time! Devant les restaurants, les femmes du village vendent des parts de gâteaux, des Roti çanai, du riz au curry… Bref, tout ce qu’il faut pour bien se remplir la panse avant le départ. En revanche, c’est à votre charge, mais les prix sont dérisoires… vraiment!

A 9h, regroupement au bout de la rue, dans un petit espace ouvert meublé de grandes tables, où l’on nous a donné les vivres pour ces deux jours : riz, conserve, pain, fruits, biscuits, eau… Ainsi qu’un tapis de sol et un sac de couchage.

Conseils :

Ne vous chargez pas trop! Vous ne partez que deux jours… Et il faudra rajouter les vivres et l’équipement fournis par l’agence. Plus vous serez léger, moins votre trek sera désagréable!

Cependant, il est tout de même nécessaire de prévoir un set de rechange. Il fait très trèèèèès humide dans la jungle, vous finirez votre première journée poisseux et crasseux! Un tee-shirt et des chaussettes (au moins) bien propres et secs pour le soir et le lendemain, je vous assure que c’est pas du luxe!

N’oubliez pas non plus l’anti moustiques…

 


Départ théorique
(ben oui, notre guide est arrivé la bouche en coeur une heure en retard…) vers 9h30.

pirogue rivière kuala tahanDirection l’embarcadère, où une pirogue motorisée nous a fait traverser la rivière.

Le premier arrêt se situe juste en face de Kuala Tahan, au QG du parc du Taman Negara.
Il faut alors s’enregistrer au bureau des rangers, et acheter le permis d’entrer. Il est également demandé de déclarer les appareils photos, caméras, téléphones avec lesquels vous compter prendre des photos, et de payer une taxe pour chacun d’entre eux. Oui oui, chacun…

 

Etape suivante : ouvrir les sacs et déballer toutes les affaires, afin que les rangers en fassent un inventaire plus ou moins précis. L’objectif est de s’assurer qu’on n’oublie rien dans la jungle, surtout les sacs plastiques.

Une fois cette longue formalité passée, retour à la pirogue pour la suite du programme!

En pratique :

Prix d’entrée au Parc du Taman Negara : 1 MYR / personne

Taxe caméra : 5 MYR / appareil
Cela dit, si vous avez un téléphone + une GoPro + un appareil photo + des google glass et j’en passe, vous pouvez très bien ne déclarer qu’un appareil, les rangers ne vont pas vérifier!

 

 

 

 

 

 

◊ Canopy Walk

Après un petit quart d’heure de pirogue, notre guide nous débarque sur la rive, et nous laisse en autonomie nous rendre jusqu’au Canopy Walk, quelques dizaines de marche plus haut.

Le canopy walk est un ensemble de passerelles aménagées dans les arbres, et qui permettent de grimper à plusieurs dizaines de mètres au dessus du sol pour se promener dans la canopée.

canopy walk taman negaraLes passerelles sont souples, et on y passe un par un, en file indienne, en laissant 10m entre chaque personne.

Inhabituel comme balade! Et très sympathique!

Le Canopy Walk du Taman Negara est soi disant le plus long du monde (on nous avait dit ça aussi au Canopy Walk de Red Woods en Nouvelle-Zélande…) avec 1,2 km de parcours en théorie. Mais seuls 600m étaient ouverts quand nous y sommes passés.

Le Canopy Walk en chiffres :

Longueur : 600m environ

Durée : 30/40mn max

Hauteur max : 80 m

Prix (compris dans le package trek) : 5 MYR

 

 

 

 

 

 

 

◊ Au coeur de la jungle

Une fois de retour du canopy Walk, on a embarqué pour près de 2h de pirogue, et attention, ça mouille!

On s’est fait déposer au niveau d’un ancien hôtel, totalement laissé à l’abandon ; notre point de départ pour la jungle.
Durant environ 5h, nous avons parcouru les pistes détrempées et indomptées du Taman Negara.

trek taman negara

arbre geant taman negara

Le rythme est soutenu, l’atmosphère est très humide, on entend régulièrement au loin les cris des singes, des oiseaux, et on avance souvent à tâtons entre les broussailles et les cacas d’éléphants.
Et puis, il y a des sangsues partout!! Vous ne pourrez pas y échapper, c’est certain!

Minute SANGSUE !!!!

Ces étranges bestioles ressemblent à des vers de terre rétractables. Elles se positionnent à la verticale sur les feuilles ou les branches au sol, et dès que vous posez le pied à proximité, elles s’étirent de façon impressionnante pour s’agripper à vos chaussures, vos chaussettes ou directement à votre peau.
Elles passent aisément à travers les tissus et les chaussures en toile, et se faufilent partout!

Au début, vous ne les verrez pas, et vous finirez par les remarquer tous les 10 cm!

Concrètement c’est absolument indolore et sans aucun danger, même si ça saigne beaucoup une fois la vorace détachée. Cela vient du fait que pour se repaître de vos globules rouges, la sangsue injecte un anesthésiant lorsqu’elle vous mort (d’où l’absence de douleur) et un anticoagulant pour mieux se remplir (d’où le saignement abondant). Et il faut savoir qu’elles ne véhiculent aucune maladie!

Mais bon c’est jamais agréable de se rendre compte qu’un de ces trucs et en train de vous pomper le sang. On a tendance à paniquer et à les retirer vite fait dès qu’on les remarque. Et ça non plus, ça ne craint rien! Mais vous risquez de passer tout votre temps à ça…

En fait, il vaut mieux les laisser terminer leur repas : une fois repues, elles se détachent toute seule, vous laissant une jolie trace. Mais une fois de plus, ce n’est rien!
De toute façon, après 20 mn à essayer d’avancer dans la jungle tout en retirant toutes les sangsues opportunistes qui se pointeront sur vos chaussettes, vous finirez par comprendre qu’il vaut mieux ne plus y prêter attention (ou moins souvent du moins).

En revanche, n’essayez pas de les retirer à l’aide de sel, d’anti-moustique ou tout autre « poison ». Elle pourrait régurgiter le produit dans votre plaie en s’en détachant. et ça, c’est pas bon pour vous!

Et à la cicatrisation quelques jours plus tard, quand on a même oublié qu’on s’est fait bouffer par des sangsues, ça se met à démanger d’une force!! A s’en arracher la peau! Le petit plus sangsue quoi…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reprenons le fil de notre trek…

Il faut bien savoir que ce trek n’est pas une promenade de santé! C’est physiquement éprouvant, d’autant plus sous la chaleur et l’humidité tropicale.

Et puis, on espérait pouvoir profiter de la beauté de la jungle, en apprendre sur les plantes, les animaux, les techniques de survie… Nada! Pas le temps! On a du tracer comme des oufs pour arriver à la grotte avant la tombée de la nuit! (Merci au guide qui est arrivé une heure en retard ce matin… Ce n’est probablement pas toujours comme ça!).
De toute façon, notre guide était très sympa, mais pas très bavard, ni très enclin à nous dévoiler ses connaissances bien gardées sur la jungle. (Enfin si, il voulait bien nous expliquer quelques trucs, mais pour ça, il fallait lui acheter le trek de survie à 250euros… Voilà voilà…)

 

Mais malgré la difficulté, il faut prendre le temps de réaliser l’endroit où l’on est.

La jungle, la vraie! Avec ses arbres géants, ses lianes, ses animaux sauvages (on a croisé de nombreux traces d’éléphants et de tigre!), ses bruits caractéristiques. Vraiment, on avait l’impression d’évoluer dans les paysages du livre de la jungle!

C’est une aventure formidable, une véritable immersion dans un environnement unique, sauvage, préservé…  Et ça, ça fait oublier tout le reste…

jungle taman negara

◊ La grotte

L’objectif de cette première journée de trek est de gagner la grotte, refuge pour la nuit. (Arrivée tardive vers 18h30 pour nous)
Il s’agit effectivement d’une immense caverne qui abrite les randonneurs et qui, bien que non aménagée, présente quelques stigmates du passage régulier des groupes de trek.
Nous étions un des premiers groupes de l’année, nous avons fait l’ouverture de la saison des treks. Nous avons donc trouvé dans la grotte les traces de vieux foyers et quelques ustensiles de cuisine poussiéreux que les guides laissent sur place pour ne pas avoir à les transporter.

Mais nous étions seuls (enfin sans compter les chauve-souris, sinon nous étions des milliers…)!
En pleine saison apparemment, de nombreux groupes se retrouvent le soir dans la grotte. l’ambiance doit être chouette!

 

grotte taman negara

Nous avons tendu une grande toile de jute à même le sol et aligné nos tapis de sol pour faire le « dortoir ». Et à côté, une deuxième toile de jute faisait office de cuisine.
Nous avons préparé à manger : découpe des légumes pour la soupe, ouverture des boites de conserve, cuisson du riz… Le guide s’est occupé de tout, nous avons juste fait les commis!
Et il faut dire qu’on s’est vraiment régalé!

Après le repas, on s’est fait une mission « douche et vaisselle »! Entendez par là qu’on s’est rendu à la rivière à quelques dizaines de mètres pour une petite toilette plus que bienvenue, et qu’on en a profité pour faire la vaisselle!
Et après une telle journée, la température de l’eau importe peu, on s’asperge généreusement, on se savonne, et ça fait un bien fou!

De retour à la grotte, on n’a pas fait long feu, la fatigue de la journée aidant… Et heureusement, parce que c’est pas le confort du tapis de sol qui allait nous aider à trouver le sommeil…

grotte nuit taman negara

 

 

Jour 2 :

◊ Réveil tardif

grotte taman negara

Des six membres de notre groupe, aucun ne devait reprendre le bus de 15h pour retourner en ville. Notre guide nous a donc laissé dormir, quitte à rentrer plus tard dans l’après-midi.
Alors on a dormi… Et on s’est réveillé vers 9h30, tranquillement.
Bon quand même bien fatigués et tout fourbus. On peut pas non plus s’attendre à se réveiller tout frais après une journée de trek dans la jungle et une nuit dans une grotte… Mais disons que ça allait!

Le temps de prendre le petit déjeuner (qui a achevé de nous réveiller pour notre plus grand plaisir) sur notre toile de jute/cuisine, d’aller faire la vaisselle, de remballer les affaires…

On a décollé tout smooth vers 11h.

 

◊ La Grotte bis

Non loin de notre grotte/dortoir, notre guide nous a fait déposer nos sacs par terre, au pied d’un arbre et nous a emmené visiter une autre grotte, beaucoup plus sauvage celle là.

falaises taman negara

On s’est faufilé à l’intérieur, on est descendu dans plusieurs « salles », à la lueur des lampes torche. C’était un peu flippant, et super excitant en même temps.

On est entré dans des cavernes remplies de chauve-souris. Ça faisait un vacarme pas possible!
On a aperçu un énorme crapaud, une grosse araignée-scorpion, un gros serpent blanc et jaune apparemment très dangereux, qui a préféré déguerpir à notre arrivée, et des traces de tigre, encore…

 

Cette petite excursion cavernicole a été la chose la plus impressionnante du trek!

Et le seul véritable moment où l’on a pu voir de la vie dans cette jungle.
Parce que jusqu’ici, on a juste vu les traces et entendu les cris. Mais les animaux ne se montrent pas (enfin à part les insectes… et les sangsues!). Alors oui, c’est sur que la vue d’un crapaud ne rivalisera jamais avec celle d’un éléphant, mais c’était déjà ça!
En tout cas, on a beaucoup apprécié ce moment!

 

◊ En route!

arbre géant taman negaraMais il était déjà temps de reprendre la route. Et comme la veille, il a fallu hâter le pas!
Encore 4h de marche à travers la jungle, à grimper par dessus les troncs, passer sous les bambous, traverser les ruisseaux…
Une petite halte pour tremper ses pieds dans un cours d’eau, ôter les sangsues, et c’est reparti!

On est arrivé sur les berges de la rivière vers 15h30.
Notre pirogue n’était pas encore là, on en a profité pour prendre notre déjeuner. Au menu : nouilles instantanées au curry! Piquant!!

 

Le retour en pirogue a duré une heure environ, sous une fine pluie.
Normalement, on aurait du repasser par les QG des rangers, histoire de faire l’inventaire de retour de nos sacs. Mais le guide n’avait clairement pas envie de perdre du temps, et a déclaré qu’il se portait garant de nous, qu’on avait pas besoin d’y aller. On est donc rentré directement, et on allait pas s’en plaindre!

 

On était vanné, crevé, épuisé… mais tellement content de ces deux jours.

La douche de l’hôtel nous a fait l’honneur d’être vaguement tiède et nos lits nous ont accueillis pour 18h de sommeil…

pose fin de trek taman negara

 

En Bref

Le trek du Taman Negara est une aventure unique et épatante.

L’effort physique, le cadre, la nature, la solitude… Cette expérience bien qu’un peu difficile,  a été réellement enrichissante!
Et puis, à aucun moment on n’a eu l’impression d’être dans une usine à touristes. Bien au contraire, on était dans le jus, le vrai. Le guide ne nous ménageait pas ou peu, les chemins n’étaient pas balisés ni aménagés bien au contraire, la grotte n’avait que le confort de sa pierre brute.

Et c’est justement cette rusticité qui apporte tout le charme de l’expérience. On se dépasse, on se découvre, on se motive, on s’étonne, et au bout du compte, on adore!

groupe trek taman negara